A Change of Scenery: The Magic of the Stereoscope

Artefeature by Sarah C.-F.

Can you remember the first 3D movie you ever saw? I can clearly recall the first time I put on those red and blue cardboard glasses at Disney and grasped desperately at the virtual objects that Kermit the Frog seemed to throw into the crowd. Now, if you think the Muppet-Vision 3D came out long ago, the table-top stereoscope at the BYTOWN MUSEUM was patented about 130 years ago, around 1875.

DSC_0032
The style of the stereoscope at the BYTOWN MUSEUM is called the stereographoscope. It was in vogue at the time of its production, in around 1875.

From the outside, the wooden stereoscope might not look like much. It consists of a pair of lenses ingrained in an upright wooden frame, mounted in parallel with an adjustable plate with two nearly identical pictures on it. The true effect, however, comes from peering through the glass lenses where, suddenly, a three-dimensional image pops up. The physics concept is quite simple to understand:  when you take two pictures of the same object from slightly different angles, it creates the illusion of solidity and depth.

The stereograph was mostly used from the mid-1800s to the beginning of the 1900s. Their main function resembles one of the main roles photography plays today: let people explore the world from behind the camera lens. In fact, many camera companies such as Underwood & Underwood as well as Negretti & Zambra sent photographers to capture daily life and various hallmarks of foreign countries. Since this was an important time for European imperialism in Africa and Asia, many stereoscope slides were taken there and brought back to Europe to amaze people with images they had never seen.

P1789_001_BytownWEB (3)
A black and white stereoscope slide titled Welsh women at tea from the series titled European and American Views. Image courtesy of the BYTOWN MUSEUM, P1789.

All in all, it is quite an impressive artefact to see in person and although this precise artefact is on display behind glass, it is worth the trip to come down to the BYTOWN MUSEUM to check out the stereoscope we have on-hand. Looking forward to seeing you there (in 3D)!

Sarah is in her final year of Cégep in Social Sciences from a town just across the Ottawa River. As a museum enthusiast, she joined YoCo to meet other interesting youth and help promote Ottawa’s history in the region. When she is not taking afternoon naps, you can find her biking around town, baking up a storm or making minute rice in 58 seconds.


 Changement de décor : La magie du stéréoscope

Artefeature par Sarah C.-F.

Vous rappelez-vous le premier film en 3D que vous avez vu? Je me souviens clairement de la première fois où j’ai mis ces lunettes en carton rouge et bleu à Disneyland et regardé avec désespoir ces objets virtuels que Kermit la grenouille semblait jeter dans la foule. Alors, si vous pensez que les images de marionnette en 3D existent depuis longtemps, sachez que le stéréoscope de table conservé au MUSÉE BYTOWN  a été breveté voilà 130 ans, vers 1875.

DSC_0032
Le type de stéréoscope que possède le Musée Bytown s’appelle un stéréographoscope. Il a été très en vogue au moment où on l’a inventé, vers 1875.

De l’extérieur, le stéréoscope de bois n’a rien d’impressionnant. Il consiste en une paire de lentilles enchâssées dans un cadre de bois vertical, monté en parallèle à une plaque ajustable qui comporte deux images presque identiques. L’effet véritable, cependant, se révèle lorsqu’on regarde à travers les lentilles où, soudain, apparaît une image en trois dimensions. Le concept physique est assez simple à comprendre : lorsqu’on prend deux images du même objet sous un angle légèrement différent, on obtient une impression de solidité et de profondeur.

Le stéréoscope a surtout été utilisé du milieu des années 1800 au début des années 1900. Sa fonction principale équivalait aux principaux rôles que joue la photographie aujourd’hui : permettre aux gens d’explorer le monde à partir des lentilles de l’appareil. De fait, plusieurs fabricants d’appareils, tels que Underwood & Underwood ou Negretti & Zambra, envoyaient des photographes croquer des images du quotidien ainsi que différents aspects de pays étrangers. À cette époque d’impérialisme européen en Afrique et en Asie, on a pris plusieurs diapositives pour stéréoscope, rapportées en Europe pour émerveiller les gens et leur montrer des images jamais vues.

P1789_001_BytownWEB (3)
La diapositive en noir et blanc pour stéréoscope intitulée Galloise prenant le thé est tirée de la série Vues européennes et américaines. Reproduite avec l’aimable autorisation du MUSÉE BYTOWN (P1789).

En somme, c’est assez impressionnant d’observer cet artefact qui, même s’il est présenté derrière une vitre, vaut le déplacement au MUSÉE BYTOWN. J’ai bien hâte de vous voir ici (en 3D)!

Sarah termine sa dernière année de cégep en sciences sociales, dans une ville située juste de l’autre côté de la rivière des Outaouais. Adepte enthousiaste de musées, elle s’est jointe au Conseil des jeunes pour rencontrer d’autres jeunes intéressants et promouvoir l’histoire d’Ottawa dans la région. Quand elle ne fait pas la sieste l’après‑midi, elle se promène à vélo dans la ville, cuisine ou prépare du riz minute en 58 secondes.

Advertisements