Stepping Up to the Plate: Parliament Fire of 1916 Commemorative Souvenir

Artefeature by Delany L.

Included in the Museum’s new special exhibition, “Forged in Fire: The Building and Burning of Parliament” is a dainty white plate with a blue design showing the Parliament Buildings, including the original Victoria Tower which was destroyed in the fire of 1916.

Photo 1
Source: Ebay.com

The reverse of the plate shows the Johnson Brothers maker’s mark, a company from England, with whom many professional and amateur antique collectors may be familiar due to their lengthy period of production.

Photo 3
Source: Ebay.com

Founded in 1883 by Frederick and Alfred Johnson, the goal of the Staffordshire pottery company was to produce an earthenware called “White Granite,” which was great for dinnerware because it resembled china but was as tough as ironstone. However, it was not the product for which the brothers would become best known.

By 1888, elder brother, Henry had joined the company, which produced its wares in a factory called the Charles Street Works in Stoke-on-Trent, as well as at two other facilities nearby.    By the end of the century, a fourth brother, Robert joined the company with a satellite office in New York. The number of Johnson Brothers potteries had jumped to five, and the product for which they would become most famous, “transferware”, was added to the line.

Photo 4
Some examples of Johnson Brothers transferware ‘Old Britain Castles’ in Brown Multi, source: shabbyfrenchcottage.com

The plate showing the Parliament Buildings is believed to have been produced before the infamous fire, and the squared-corner crown marking on the back is consistent with items made in the teens and early 1920s. It thus originates either from shortly before or after the fire, possibly to commemorate the buildings that were lost.

The company experienced considerable success in both Europe and North America due to their high quality products and mid-range pricing. During the Great Depression, it modernized its production in hopes of a brighter future, and after World War II they remained especially popular with the Friendly Village pattern and also with Christmas plates. By the 1950s, popular patterns were in the bold mid-century modern style- a major change from their original aesthetic.

Photo 5
Cups and saucers in the mid-century modern style, Source: Etsy.com

Finally, in 1968, the company was unable to remain independent any longer and merged with the Wedgwood Group. One of the symbols of household goods in the late nineteenth century and most of the twentieth, Johnson Brothers products can still be found in many cupboards today.

To see the plate and learn more about the fire of 1916, visit the “Forged in Fire” exhibit at the Bytown Museum until October 31, 2016!

 

Though not an Ottawa native herself, Delany developed a love for the city while studying history at uOttawa. Now in her third year, she is excited to see her passions for blogging, history, and volunteering combine in her new role as a member of YoCo. When she’s not doing any of those things, she enjoys reading, classic film, cats, and shopping.


Le nez dans l’assiette : Souvenirs de l’incendie du Parlement de 1916

Artefeature par Delany L.

La nouvelle exposition spéciale du Musée, Façonnés par le feu : les édifices du Parlement, présente entre autres une délicate assiette blanche ornée d’un motif bleu représentant les édifices du Parlement, dont la tour Victoria originale, détruite par l’incendie de 1916.

Photo 1
Source: Ebay.com

À l’endos de l’assiette se trouve l’estampille du fabricant Johnson Brothers, une entreprise anglaise qui a longtemps été en activité, bien connue de plusieurs collectionneurs d’antiquités amateurs ou professionnels.

Photo 3
Source: Ebay.com

Fondée en 1883 par Frederick et Alfred Johnson, l’entreprise de poterie du Staffordshire devait produire une céramique appelée « granit blanc », idéale pour la vaisselle car elle ressemblait à de la porcelaine tout en ayant la solidité du grès ferrugineux. Cependant, les deux frères ne doivent pas leur célébrité à ce produit.

En 1888, Henry, le frère aîné, se joint à l’entreprise qui fabrique sa vaisselle dans une usine située rue Charles, à Stoke‑on‑Trent, ainsi que dans deux autres installations voisines. À la fin du siècle, Robert, un quatrième frère, se joint à l’entreprise et ouvre un bureau satellite à New York. Le nombre d’articles produits par l’entreprise quintuple, et celle-ci lance la gamme d’articles qui la rendra célèbre, la vaisselle décorée au moyen d’impression par transfert.

Photo 4
Vaisselle ornée au moyen d’impression par transfert de « vieux châteaux britanniques », shabbyfrenchcottage.com

On pense que l’assiette représentant les édifices du Parlement a été produite avant le tragique incendie. L’estampille en forme de couronne au coin carré imprimée à l’arrière correspond aux articles produits dans les années 1910 et au début des années 1920. Les assiettes ont donc été fabriquées peu avant ou peu après l’incendie, peut-être pour commémorer les édifices détruits.

L’entreprise a connu un vif succès en Europe comme en Amérique du Nord grâce à la grande qualité de ses produits et à ses prix situés dans une échelle intermédiaire. Pendant la Crise de 1929, elle a modernisé sa production dans l’espoir d’un avenir meilleur, et après la Seconde Guerre mondiale, le motif de village accueillant et les assiettes de Noël ont été particulièrement appréciés. Dans les années 1950, les dessins les plus populaires empruntaient un style moderne audacieux, contrastant avec l’esthétique des motifs d’origine.

Photo 5
Tasses et soucoupes au style moderne du milieu du siècle, Etsy.com

Enfin, en 1968, incapable de conserver son indépendance, l’entreprise fusionne avec le Wedgwood Group. Symboles des articles de maison à la fin du xixe siècle et pendant une bonne partie du xxe siècle, les produits de la Johnson Brothers garnissent encore plusieurs placards d’aujourd’hui.

Pour voir les assiettes et vous informer au sujet de l’incendie de 1916, visitez l’exposition Façonnés par le feu, à l’affiche au Musée Bytown jusqu’au 31 décembre 2016!

Bien qu’elle ne soit pas née à Ottawa, Delany a adopté la ville lorsqu’elle a commencé à étudier l’histoire à l’Université d’Ottawa. Elle est inscrite en 3e année, et elle est ravie que son nouveau rôle de membre du Conseil des jeunes lui permette de combiner sa passion pour les blogues, l’histoire et le bénévolat. En‑dehors de ces activités, elle aime la lecture, les films classiques, les chats et le magasinage.

Advertisements