In Memoriam: The Death Hand of Thomas D’Arcy McGee

Artefeature by Serena Y.

This death hand (pictured below) belongs to the Honourable Thomas D’Arcy McGee, MP for Montreal West in the House of Commons of Canada. An Irishman and Father of Confederation, McGee advocated for Irish co-operation with the British in Canada. McGee’s stance on this issue alienated some of his fellow Irish Catholics; and the Fenians, a radical Irish group, considered him a traitor.

On April 7, 1868, Thomas D’Arcy McGee was assassinated outside his lodgings at Mrs. Trotter’s boarding house on Sparks Street. Having returned from a debate in Parliament that went on past midnight, he was shot in the head by an unknown assailant. Patrick J. Whelan, a suspected Fenian sympathizer, was subsequently convicted and hanged for the crime on February 11, 1869.

In the Victorian era, death masks were a common means of remembering the deceased. As McGee had been shot in the head, this plaster cast of his hand was taken instead, shortly after his death. As a public servant and Father of Confederation, McGee was given a state funeral. Over 80,000 people attended his funeral procession in Montreal, almost 80% of its population at that time.

BT hand fixed
Thomas D’Arcy McGee’s death hand, taken shortly after his assassination in April of 1868. As McGee was a gifted orator in the House of Commons, this impression of his hand is a symbol of the skill with which he penned his Parliamentary speeches. Courtesy of BYTOWN MUSEUM, N65.

The BYTOWN MUSEUM acquired McGee’s death hand in 1920. It is currently on display on the third floor of the museum, with other artefacts pertaining to Canada’s political history. Come visit the BYTOWN MUSEUM to discover more about Thomas D’Arcy McGee and his lasting legacy in Canada.

Serena is a student at the University of Ottawa in History and English Literature. An advocate for the preservation of local history, Serena volunteered at Fort York National Historic Site in Toronto, for the bicentennial of the War of 1812. After moving to Ottawa, she joined the Bytown Youth Council to help promote Ottawa’s history. She enjoys reading, writing and exploring the city, where there’s always something new to discover!

 


In memoriam: la main mortuaire de Thomas D’Arcy McGee

Artefeature par Serena Y.

La main mortuaire illustrée ci‑dessous appartient à l’honorable Thomas D’Arcy McGee, député à la Chambre des communes du Canada pour Montréal‑Ouest. Cet Irlandais père de la Confédération a soutenu la collaboration des Irlandais avec le Canada britannique. Sa position lui a aliéné certains de ses compatriotes catholiques; et les féniens, groupe de radicaux irlandais, le considéraient comme un traître.

Le 7 avril 1868, Thomas D’Arcy McGee est assassiné à l’extérieur de la pension de Mme Trotter où il loge, rue Sparks. Tandis qu’il revient d’une séance parlementaire qui s’est poursuivie jusque passé minuit, un assaillant inconnu lui tire une balle dans la tête.  Patrick J. Whelan, qu’on soupçonne être un sympathisant fénien, est par la suite accusé du meurtre et pendu le 11 février 1869.

À l’époque victorienne, on réalisait souvent des masques mortuaires à la mémoire des défunts. Comme McGee a reçu une balle dans la tête, on a plutôt fait ce moule de plâtre de sa main, peu après sa mort. À titre de fonctionnaire et de père de la Confédération, McGee a eu droit à des funérailles officielles. Plus de 80 000 personnes ont assisté à Montréal au cortège funèbre, soit 80 p. cent de la population d’alors.

BT hand fixed
Main mortuaire de Thomas D’Arcy McGee, réalisée peu après son assassinat en avril 1868. Parce qu’il était un orateur doué à la Chambre des communes, ce plâtre moulé sur sa main symbolise son talent à rédiger des discours parlementaires. Avec l’aimable autorisation du MUSÉE BYTOWN, N65.

Le MUSÉE BYTOWN a acquis la main mortuaire de McGee en 1920. Elle est actuellement exposée au 3e étage du Musée, avec d’autres artefacts témoignant de l’histoire politique du Canada. Venez visiter le MUSÉE BYTOWN et renseignez‑vous sur Thomas D’Arcy McGee et le legs durable qu’il a laissé au Canada.

Serena étudie l’histoire et la littérature anglaise à l’Université d’Ottawa. Engagée dans la préservation de l’histoire locale, elle a fait du bénévolat à Fort-York, un lieu historique national situé à Toronto, à l’occasion du 200e anniversaire de la guerre de 1812. Une fois installée à Ottawa, elle s’est jointe au Conseil des jeunes du Musée Bytown pour aider à promouvoir l’histoire d’Ottawa. Elle aime lire, écrire et explorer la ville où elle découvre toujours quelque chose de nouveau!

Advertisements