A Bone to Pick: The Story Behind Bytown’s Early Burial Grounds | Une question à explorer : l’histoire des premiers cimetières de Bytown

A Bone to Pick: The Story Behind Bytown’s Early Burial Grounds

By Serena Y.

Most of us have heard of cemeteries such as Beechwood and Notre Dame, located here in Ottawa. But aside from these prominent locations, there are actually quite a few unmarked burial sites in the city that acted as Bytown’s first cemeteries. As a result of inconsistent removal procedures, the remains of several individuals were left at their original burial sites, unbeknownst to most residents of Ottawa today.

However, in the fall of 2013 when construction workers dug into the ground to replace water mains on Queen Street, they made a startling discovery; human remains were unearthed and had been there for an extended period of time.

According to Ben Mortimer, Senior Archaeologist of the Paterson Group, the area had originally been designated as Barrack Hill Cemetery, dating from the 1830s to 1840s. Our Youth Council was fortunate to have the opportunity to speak with Mr. Mortimer at the BYTOWN MUSEUM, where he shared his detailed knowledge about the discoveries.

“When we saw [the remains] in the ground one of the stipulations for the Funeral, Burial and Cremation Services Act is that we can’t do any scientific analysis … we didn’t want to disturb them and put calipers on them when they were in the ground.”

Once the police had been contacted, the bones were removed from the site and sent to the Canadian Museum of History where anthropologist Janet Young began conducting rigorous analysis. Despite the limitations on the initial treatment of the remains, Mortimer and his team were able to record some preliminary information on who the individuals may have been.

“We looked at the morphological traits,” says Mortimer. “One child was between three and five years of age, you can look at the teeth and see how many teeth have erupted … that’s a good indicator of childhood age. Women’s skulls tend to be much more rounded, whereas men’s are a bit more robust.”

“We were able to look at [morphological traits] if we could see them in the field without moving anybody, and we recorded that kind of information. Everything else was left for Janet [Young] to look at in the Museum.”

The details of how these individuals lived is gradually becoming clearer, as testing can determine diet, physical lifestyle and cause of death.

“[Janet]’s seen a fair bit of evidence of osteoarthritis,” said Mortimer, “so bone on bone in the spine especially creates these spots of the vertebrae where it’s actually polished smooth … she has another individual who did a lot of crouching, [there are] squatter’s facets on the bottom of the long bones in the legs.”

The remains of these individuals were buried not far away from the Rideau Canal, suggesting that they may have been women and children related to those working on the project in the 1820s and 1830s.

croppedfull
This map shows the physical divide between Uppertown and Lowertown. The two communities were separated not only by the Canal, but also by the “bulge”, an underdeveloped tract of land on the west side of the Canal, that further distanced the communities from one another.

Many of the skeletons are incomplete, as the remains in Barrack Hill cemetery were only partially removed upon its closure in 1845. Some of the remains found under Queen Street were what is known as “bundles”, meaning a series of grouped bones that had already been gathered up and moved to make room for construction.

DSC_0430
A closer look at the map. Can you find our building?

“There’s a record from Sandy Hill Cemetery. When it was closed in the 1870s, somebody recorded all the names, and if you look through the list some of them are actually buried in or died in 1832, 1836, which is quite a few years before Sandy Hill Cemetery actually opened,” says Mortimer. “So our assumption is that those people were actually buried here [Barrack Hill] and then were moved to Sandy Hill.”

When asked why the grave markers would have been taken without the corresponding remains, Mortimer explained the process of transferring them: “It was common practice at the time [to separate markers from remains]; and most cemeteries you find back in that era there really wasn’t that concern with the deceased that we have today. There wasn’t a connection to the sacredness of the burial that we have today. I don’t know where that comes from, whether it’s the higher mortality rates.

“One of the other less pleasant thoughts is that people who were paid to move the individuals just didn’t do it. They took the money, moved the tombstone and figured no one would ever know – not in their lifetime, anyway.”

170 years later and these individuals have finally been found, a remarkable discovery that gives even further insight into the early inhabitants of Bytown. After the analysis is complete, the individuals will be interred at Beechwood Cemetery, their final resting place.

Serena Y. is studying History and English literature at the University of Ottawa. Originally from Toronto, she made many visits to Ottawa while she was growing up, and the BYTOWN MUSEUM was always one of her favourite museums. She is looking forward to learning even more about the city through Youth Council, especially in regard to politics and community history. This is a wonderful opportunity and she is excited to contribute to the preservation of Ottawa’s history!


Une question à explorer : l’histoire des premiers cimetières de Bytown

par Serena Y.

Nous connaissons presque tous l’existence des cimetières Beechwood et Notre-Dame à Ottawa. Mais en-dehors de ces lieux notoires, la ville compte plusieurs endroits non identifiés qui ont servi de premiers cimetières à Bytown. Compte tenu des procédures d’exhumation chaotiques, les restes de plusieurs individus sont demeurés au lieu d’enterrement original, à l’insu de la plupart des résidents actuels d’Ottawa.

Cependant, à l’automne 2013, lorsque des ouvriers ont commencé à creuser le sol pour remplacer les canalisations dans la rue Queen, ils ont fait une découverte étonnante : des restes humains enfouis là depuis longtemps.

Selon Ben Mortimer, archéologue en chef chez Paterson Group, la région accueillait à l’origine le cimetière de Barrack Hill, entre les années 1830 et les années 1840. Notre Conseil des jeunes a eu la chance de discuter au MUSÉE BYTOWN avec M. Mortimer, qui a partagé de nombreux détails au sujet de cette découverte.

« Quand nous avons vu [les restes] dans le sol, nous savions qu’en vertu de la Loi sur les services funéraires et les services d’enterrement et de crémation, nous ne pouvions effectuer aucune analyse scientifique […] nous ne voulions pas les déranger ni poser de pieds à coulisse pendant qu’ils se trouvaient encore dans le sol. »

Après avoir communiqué avec la police, nous avons exhumé les ossements et les avons expédié au Musée canadien de l’histoire, où l’anthropologue Janet Young a entrepris une analyse rigoureuse. Malgré les limites de l’examen initial effectué sur les restes, M. Mortimer et son équipe ont enregistré quelques informations préliminaires qui ont permis de définir à qui ces restes pouvaient avoir appartenu.

« Nous avons examiné les traits morphologiques, a expliqué Ben Mortimer. Certains ossements étaient ceux d’un enfant d’environ trois à cinq ans. Quand on analyse les restes, on voit comment plusieurs dents sont apparues […] ce signe est un bon indicateur du jeune âge. Les crânes de femmes tendent à être plus arrondis, tandis que ceux des hommes sont plus robustes. »

« Nous avons observé [les traits morphologiques] pour voir si nous pouvions les examiner sur le terrain sans rien toucher, et nous avons relevé ce genre d’information. Janet [Young] s’est occupée de tout le reste, au Musée. »

Les détails concernant la vie de ces individus commencent à devenir clairs, car les analyses nous permettent de déterminer le régime alimentaire, le mode de vie et la cause du décès.

« [Mme Young] a relevé des signes évidents d’arthrose, a annoncé M. Mortimer. À force de frottement, les vertèbres deviennent polies et montrent ce genre de taches […] Un autre individu se tenait souvent accroupi, car certains endroits au bas des os longs de la jambe présentent des facettes d’accroupissement. »

Les restes de ces individus ont été enterrés non loin du canal Rideau; nous pouvons donc supposer qu’il s’agit des femmes et des enfants des ouvriers travaillant au projet entre les années 1820 et les années 1830.

Cette carte montre la division physique entre la Haute-Ville et la Basse-Ville, séparées non seulement par le canal, mais aussi par « la bosse », parcelle de terrain sous-aménagée sur la rive ouest du canal, qui contribuait à accentuer la distance entre les deux secteurs de la ville.
Cette carte montre la division physique entre la Haute-Ville et la Basse-Ville, séparées non seulement par le canal, mais aussi par « la bosse », parcelle de terrain sous-aménagée sur la rive ouest du canal, qui contribuait à accentuer la distance entre les deux secteurs de la ville.

La plupart des squelettes sont incomplets, car les restes enterrés dans le cimetière de Barrack Hill ont été en partie exhumés lors de la fermeture du cimetière, en 1845. Certains des restes trouvés sous la rue Queen forment ce qu’on appelle des « ballots », c’est‑à‑dire une série d’os groupés déjà assemblés et déplacés pour faire place à une construction.

Vue rapprochée de la carte. Voyez-vous notre bâtiment?
Vue rapprochée de la carte. Voyez-vous notre bâtiment?

« Nous possédons un document du cimetière de Sandy Hill. Lorsque ce dernier a été fermé dans les années 1870, quelqu’un a consigné tous les noms. Mais sur cette liste, certains individus sont morts ou ont été enterrés en 1832 et en 1836, soit plusieurs années avant l’ouverture du cimetière de Sandy Hill, souligne Ben Mortimer. Aussi pensons-nous que certaines personnes étaient en fait enterrées ici [à Barrack Hill], et que leurs restes ont été déplacés à Sandy Hill. »

Quand on demande à M. Mortimer pourquoi les stèles funéraires ont été enlevées sans les restes correspondants, il explique le processus de transfert : « Dans ce temps-là, [séparer les stèles des restes] était une pratique courante. La plupart des cimetières de l’époque ne se préoccupaient pas autant des morts que nous le faisons aujourd’hui. Le lien avec la sacralité de l’inhumation que nous entretenons de nos jours n’existait pas. Je ne sais pas pourquoi il en était ainsi, peut-être à cause du taux de mortalité plus élevé.

« Il est aussi possible que les gens payés pour déplacer les restes ne l’aient tout simplement pas fait. Ils ont peut-être pris l’argent, déplacé les pierres tombales et pensé que personne ne le saurait jamais – pas de leur vivant en tout cas. »

Aujourd’hui, 170 ans plus tard, on a finalement trouvé ces individus. C’est une découverte remarquable qui donne un meilleur aperçu de la vie des premiers habitants de Bytown. Une fois l’analyse terminée, les restes seront enterrés au cimetière Beechwood, leur lieu de repos final. »

Serena Y. étudie l’histoire et la littérature anglaise à l’Université d’Ottawa. Originaire de Toronto, elle a visité plusieurs fois Ottawa durant son enfance et son adolescence, et le MUSÉE BYTOWN a toujours compté parmi ses préférés. Elle se réjouit d’apprendre à mieux connaître la ville, en particulier son histoire politique et communautaire, grâce au Conseil des jeunes, et de pouvoir contribuer à préserver l’histoire d’Ottawa!

Advertisements

One thought on “A Bone to Pick: The Story Behind Bytown’s Early Burial Grounds | Une question à explorer : l’histoire des premiers cimetières de Bytown

Comments are closed.