Be Our Guest: Ottawa’s Russell House Hotel | Soyez les bienvenus : L’hôtel Russell House à Ottawa

Written by Lilia Lockwood 

“On the corner of Sparks and Elgin streets”

Russell House Hotel 1
Russell House hotel was proudly described by its owner as the “Palace Hotel of Canada,” and it lived up to this name for more than 70 years.

Confederation Square is a centrepiece of Ottawa, and most residents and tourists have spent time gazing at the figures of the National War Memorial. While standing there, they’ve likely heard strains of music, the hum of a busy kitchen, the laughter of a lively party. Maybe these sounds have drifted over from bustling Sparks Street. Or maybe they are the echoes of a forgotten time, when ladies in bustles and gentlemen in waistcoats would gather for a roaring good time at the “Palace Hotel of Canada”

“Greatly in need of a first class house”

Russell House before it underwent extensive renovations.

In 1863, this spot at Elgin and Sparks was occupied by the newly opened Russell House hotel. James Gouin had purchased Campbell House Hostelry and spent decades transforming the humble building into a local landmark. Gouin was involved in the hospitality business in Quebec under the Russell family (for whom he named his business) and used his expertise to develop Ottawa’s first luxury hotel. Under Gouin and later other owners, Russell House underwent renovations in the 1870s and 1880s as wings were added and the central building completely rebuilt, transforming it into Ottawa’s premier hotel.

“One of the Finest Hotels on the Continent”

Russell House was, by any standards, a luxury hotel. It grew to 400 rooms, and its crowning glory was a central rotunda with marble floors and stained glass. From the rotunda, guests could access a bar, a café, the dining rooms, a billiard room, a smoking room, and a reading and writing room. These were filled with oak and black walnut furniture, marble-topped tables, velvet upholstered lounges, and plush carpets. In their bedrooms, guests were treated to crockery imported directly from Europe and the comforts of heating, gas lighting, and electricity. Doubtless, they would have been impressed by the “patent oral enunciator” with ten miles of tin speaking tube, by which they could communicate directly with the clerks downstairs. A tasteful establishment, Russell House had a separate entrance for ladies wishing to avoid the chaos of the lobby.

Original room keys and tableware, currently on display at the Bytown Museum.

“The travelling public”

Ottawa’s swankiest hotel hosted the biggest stars of the time. Anna Pavlova, the world’s first superstar ballerina, stayed at Russell House when she visited Ottawa. Another famous visitor was actress Lillie Langtry. Her great beauty had been her passport into high society, as she carried on affairs with British nobles and even the Prince of Wales. Local gossip abounded when Governor General Lord Minto attended her performance of The Captain’s Divorce without Lady Minto, and visited the actress backstage afterwards. Author Oscar Wilde was a guest at the hotel during his 1882 lecture tour of North America. While in Ottawa, he met painter Frances Richards. Back in London, she later painted his portrait, which some speculate was inspiration for The Picture of Dorian Gray.

From left to right: Anna Pavlova; Lillie Langtry posing in the Russell Theatre in 1903; Oscar Wilde photographed during his North American tour.

“The rendezvous of the city”

Russell House was the centre of local social life, where people would gather for balls and afternoon teas or attend plays at the adjoining Russell Theatre. In 1892, Ottawa’s hockey team, the Ottawa Hockey Club, celebrated their successful season with a dinner at Russell House. Governor General Lord Stanley could not attend, but sent the team a message proposing the creation of a “challenge cup which should be held from year to year by the champion hockey team in the Dominion.” This Challenge Cup would become hockey’s greatest prize: the Stanley Cup.

The hotel, located just steps from the government buildings, was commonly referred to as an extension of Parliament. Leading politicians met in its parlours to discuss pressing issues of the day, and many Senators and Members of Parliament rented rooms while the two Houses were in session. Sir John A. Macdonald could often be found at the bar in the 1860s, and Sir Wilfrid Laurier lived there for ten years before moving to Laurier House.

On the left is one of the dining rooms where guests could enjoy the hotel’s famous buckwheat cakes for breakfast. On the right is the elegant drawing room.

“The old house answered its purpose for the time, but as years passed on…”

The day in 1912 when the iconic Chateau Laurier Hotel opened its doors was a grand beginning. But it was also an ending. Russell House had for decades been uncontested as Ottawa’s most prestigious hotel. Now the Chateau Laurier stood a block away, and the Russell House hotel could not compete. In 1925, it finally closed its doors and a few years later a fire gutted the building. The federal government expropriated the land and built Confederation Square in the 1930s, replacing one landmark with another. When Russell House closed, one patron was moved to write a poem about the loss:

“Adieu, adieu, old rendezvous,

With saddened hearts we’re leaving you:

‘Twas here that friends were wont to meet,

Here gladly did fond comrades greet;

Here argued we affairs of state.

Here oft’ we talked long and late,

To make the other fellow know.

Ah! Life is but a passing show.

To start anew where off we broke,

To greet again in smile and joke;

To live the past anew, anew:

Adieu our Russell rendezvous!”

Russell House after the devastating fire greatly contrasts with the beautiful building that was for decades the heart of Ottawa’s social life.
Russell House after the devastating fire greatly contrasts with the beautiful building that was for decades the heart of Ottawa’s social life.

Lilia L. is a member of the Bytown Museum Youth Council and studies history and political science at the University of Ottawa.

Soyez les bienvenus : L’hôtel Russell House à Ottawa

« À l’angle des rues Sparks et Elgin »

Le propriétaire de l’hôtel Russell House décrit fièrement le bâtiment comme « le palace du Canada »; l’hôtel demeure connu sous ce nom pendant plus de 70 ans.
Le propriétaire de l’hôtel Russell House décrit fièrement le bâtiment comme « le palace du Canada »; l’hôtel demeure connu sous ce nom pendant plus de 70 ans.

La place de la Confédération est un haut lieu d’Ottawa, et bon nombre de résidants et de touristes s’attardent à admirer les figures du Monument commémoratif de guerre du Canada. Là, ils entendent sans doute des airs de musique, le bourdonnement d’une cuisine animée, les rires d’une fête joyeuse. Ces sons émanent peut-être de l’activité de la rue Sparks. Ou sont-ils l’écho d’un temps oublié, où les dames affairées et les messieurs en gilet se rencontraient pour passer une soirée étourdissante au « palace du Canada »?

« Un grand besoin de demeure de première classe »

La Russell House avant les rénovations majeures
La Russell House avant les rénovations majeures

En 1863, le terrain à l’angle des rues Elgin et Sparks est occupé par le nouvel hôtel Russell House. James Gouin a acheté l’auberge Campbell House et a passé des décennies à transformer l’humble bâtiment en édifice emblématique de la région. Gouin a travaillé dans l’industrie hôtelière à Québec auprès de la familla Russel (d’où le nom de son hôtel); profitant de son savoir-faire, il fonde à Ottawa le premier hôtel de luxe. Gouin et plus tard d’autres propriétaires entreprennent de rénover la Russel House dans les années 1870 et 1880. Ils ajoutent des ailes et font reconstruire entièrement le bâtiment central pour en faire le principal hôtel d’Ottawa.

« L’un des plus beaux hôtels du continent »

À tout point de vue, la Russell House est un hôtel de luxe. Il grossit jusqu’à compter 400 chambres, tirant sa gloire d’une rotonde centrale ornée de vitraux et d’un plancher de marbre. Cette rotonde donne accès au bar, au café, aux salles à manger, à une salle de billard, au fumoir ainsi qu’à une salle de lecture et d’écriture. Ces espaces sont garnis de meubles de chêne et de noyer noir, de tables aux dessus en marbre, de canapés tapissés de velours et de tapis à poils longs. Dans les chambres, les clients disposent de vaisselle importée directement d’Europe, et ils jouissent du confort que fournit le chauffage, l’éclairage au gaz et l’électricité. Sans nul doute, ils sont aussi impressionnés par « le transmetteur oral » et ses 10 miles de tube parlant en étain qui leur permet de communiquer directement avec les employés en bas de l’hôtel. Établissement de bon goût, la Russell House offre une entrée distincte pour les dames désireuses d’éviter le chaos qui règne dans le hall.

Clés de chambre et vaisselle originales, exposées actuellement au Musée Bytown
Clés de chambre et vaisselle originales, exposées actuellement au Musée Bytown

« Le public de voyageurs »

L’hôtel le plus chic d’Ottawa accueille les grandes vedettes de l’époque. Anna Pavlova, ballerine étoile de l’époque, y demeure lors de son séjour à Ottawa. Autre visiteuse célèbre, l’actrice Lillie Langtry a accédé à la haute société grâce à sa grande beauté, entretenant des relations amoureuses avec des nobles britanniques et même le prince de Galles. Les commérages vont bon train dans la région lorsque le gouverneur général lord Minto assiste à son spectacle The Captain’s Divorce sans son épouse, et qu’il lui rend visite dans les coulisses. L’auteur Oscar Wilde réside également dans cet hôtel en 1882 lorsqu’il donne une série de conférences en Amérique du Nord. Durant son séjour à Ottawa, l’écrivain rencontre la peintre Frances Richards qui, de retour à Londres, réalise son portrait, dont certains disent qu’il a inspiré Le Portrait de Dorian Gray.

De gauche à droite : Anna Pavlova; Lillie Langtry posant au théâtre Russell en 1903; Oscar Wilde en voyage pour sa série de conférences en Amérique du Nord.
De gauche à droite : Anna Pavlova; Lillie Langtry posant au théâtre Russell en 1903; Oscar Wilde en voyage pour sa série de conférences en Amérique du Nord.

« Le lieu de rendez-vous de la ville »

Russell House se trouve au cœur de la vie sociale locale. Les gens s’y rencontrent lors de bals ou pour y prendre le thé en après-midi, ou ils fréquentent le théâtre Russel adjacent. En 1892, l’équipe de hockey d’Ottawa célèbre sa saison victorieuse en soupant au Russel House. N’ayant pu assister à cette rencontre, le gouverneur général lord Stanley envoie aux membres de l’équipe un message où il leur propose de créer « une coupe soulignant d’année en année la victoire de l’équipe championne du Dominion ». Cette coupe deviendra la récompense suprême au hockey : la coupe Stanley.

On parle souvent de l’hôtel, situé tout près des édifices du gouvernement, comme d’une annexe du Parlement. Les principaux politiciens s’y rencontrent pour discuter des questions urgentes du jour, et plusieurs sénateurs et députés y louent des chambres lorsque les deux chambres siègent. Dans les années 1860, on voit souvent sir John A. Macdonald au bar, et sir Wilfrid Laurier fait de l’hôtel sa résidence pendant dix ans avant de s’installer dans la maison Laurier.

La photo de gauche montre l’une des salles à manger où les invités dégustent les célèbres galettes de sarrasin de l’hôtel au petit déjeuner. On peut voir à droite un élégant salon.
La photo de gauche montre l’une des salles à manger où les invités dégustent les célèbres galettes de sarrasin de l’hôtel au petit déjeuner. On peut voir à droite un élégant salon.

« L’ancien bâtiment répondait bien aux besoins de l’époque, mais au fil du temps… »

En 1912, l’inauguration de l’emblématique hôtel Château Laurier marque un début grandiose, mais aussi une fin. Des décennies durant, la Russell House a été l’hôtel le plus prestigieux d’Ottawa. Voilà qu’à quelques pâtés de lui s’élève maintenant le Château Laurier. Mais la Russel House ne peut soutenir la concurrence et doit finalement fermer ses portes en 1925, quelques années après qu’un incendie a détruit l’édifice. Le gouvernement fédéral acquiert le terrain par expropriation et y aménage la place de la Confédération dans les années 1930, remplaçant un emblème par un autre. Lorsque ferme la Russel House, l’un des clients, touché par cette fermeture, écrit un poème :

« Adieu, adieu, rendez-vous d’antan,

Nous vous quittons, le cœur en peine.

Ces lieux ont accueilli les rencontres d’amis

Et les hommages de camarades fraternels.

En ces lieux nous avons débattu des affaires de l’État

Et parlé longtemps, jusque tard

Pour faire connaître à l’autre notre point de vue.

La vie n’est qu’un spectacle fugace!

Pour commencer à neuf là où nous nous sommes interrompu,

Pour échanger encore nos sourires et nos plaisanteries,

Pour revivre le passé, de nouveau, de nouveau :

Adieu, nos rendez-vous à Russel House! »

Détruit par un incendie, la Russel House offre un contraste frappant avec l’élégant édifice qui a été pendant des décennies au cœur de la vie sociale d’Ottawa.
Détruit par un incendie, la Russel House offre un contraste frappant avec l’élégant édifice qui a été pendant des décennies au cœur de la vie sociale d’Ottawa.

Lilia L. est une membre du Conseil de la jeunesse Musée Bytown et étudie l’histoire et la science politique à l’Université d’Ottawa.

Advertisements